Histoire

La Franc-maçonnerie moderne a débuté en Grande Bretagne aux alentours des 17-18ème siècle, lorsque les ateliers de constructeurs engageaient de plus en plus d'ouvriers étrangers aux métiers. La maçonnerie opérative s'est transformée graduellement en une Franc-maçonnerie spéculative. En 1717 à Londres, quatre loges purement spéculatives qui n'étaient plus liées que symboliquement aux traditions des constructeurs, s'unirent pour former la première Grande Loge. Le pasteur James Anderson rédigea la première Constitution des "Anciens Devoirs" qui constitue jusqu'à nos jours le fondement de la Franc-maçonnerie.

La Franc-maçonnerie ne s'est pas développée partout de la même façon. Des Loges existaient déjà depuis longtemps en Ecosse. En raison des relations politiques de cette époque, les émigrants écossais ont influencé le processus de développement de la Franc-maçonnerie française. C'est d'eux que sont issus les liens avec l'ordre templier qui, dans son ancienne patrie, avait influencé l'architecture. L'ordre templier disparu était réputé être le précurseur d'une culture universelle et devint la base symbolique d'une Franc-maçonnerie à tendance christique. A l'heure actuelle, seule la Franc-maçonnerie des Hauts Grades peut être considérée comme une maçonnerie écossaise.

Dans la Franc-maçonnerie, la très ancienne tradition initiatique mystique rencontre le rationalisme du Siècle des Lumières. Dans la situation de bouleversement du 18ème siècle, cette combinaison lui a permis de se propager d'une manière explosive. Mais ce processus n'a pas été sans erreurs ni confusions. A ces errements, on peut associer la "Stricte Observance" qui rendait hommage à un romantisme chevaleresque contestable. De nombreuses loges européennes s'y sont rattachées.

Alors que rapidement il s'avéra que la "Stricte Observance" était une fausse route, on arriva à un processus de réforme qui donna naissance à la Franc-maçonnerie européenne actuelle. Du Convent de Lyon en 1778 et du Congrès de Wilhelmsbad de 1782, naquit le Rite Ecossais Rectifié. La symbolique chevaleresque devint un idéal pour un mode de vie d'orientation chrétienne. En Suisse, le Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie continue à représenter cette pensée. Dans d'autres pays, des systèmes semblables sont apparus avec lesquels notre organisation est liée par des liens d'amitié.

home